Votre corps a été mis à dure épreuve, devant faire face à un accouchement, à un cocktail de changements hormonaux et à un manque extrême de sommeil : il n’est donc pas surprenant que vous vous sentiez crevée.

À quoi ressemble l’épuisement ?

Certaines femmes comparent l’épuisement extrême à la sensation d’avoir été écrasée par un autobus ou d’avoir couru un marathon. C’est une fatigue que vous n’avez jamais connue auparavant : vos muscles sont pesants et douloureux, vous avez l’esprit confus et tout semble requérir un énorme effort.

Gérer l’épuisement

Si c’est ce que vous ressentez actuellement, raccrochez-vous au fait que c’est tout à fait normal et que votre adaptation sera progressive. Rappelez-vous également qu’il est important de prendre bien soin de vous et de garder un équilibre.

10 astuces pour gérer l'épuisement

Voici quelques astuces pour vous aider à traverser cette période épuisante.

  • Laissez votre partenaire subir la pression de la situation : Oui, c’est aussi son bébé. Confiez-lui le soin de donner un biberon dans la soirée (si vous allaitez, tirez du lait pour un biberon), de changer les couches, d’approvisionner le réfrigérateur et de préparer le dîner ; tout ne relève pas de votre responsabilité.
  • Soyez égoïste : Vous pouvez avoir l’impression de sans cesse vous préparer à recevoir un défilé interminable de visiteurs ou de nettoyer après leur départ. Alors, limitez les visites au cours des premières semaines.
  • Faites une sieste :Il n’y a pas lieu à avoir honte de retourner vous coucher à l’heure du déjeuner si vous êtes restée debout pendant la moitié de la nuit ; il en est de même lorsque vous décidez de faire une sieste dans l’après-midi ou d’aller vous coucher tôt le soir pour bénéficier de quelques heures de sommeil avant de devoir donner une tétée/un biberon au cours de la nuit.
  • Détendez-vous : Consacrez 30 minutes à faire quelque chose uniquement pour vous, même s’il s’agit simplement de prendre un bain, de vous mettre du vernis à ongles, de regarder un programme télévisé ou de lire le journal.
  • Ayez une activité physique : Un rapide exercice physique, ne serait-ce que marcher d’un bon pas autour de votre pâté de maisons, tout en promenant le bébé dans son landau ou sa poussette, peut vous revigorer. Lorsque nous nous exerçons physiquement, notre corps libère des endorphines qui engendrent une sensation de « bien-être », ce qui nous met de meilleure humeur. Essayez !
  • Alimentez-vous sainement : Ne sautez pas de repas et restez bien hydratée, votre corps a besoin de liquide et de carburant pour faire face aux énormes exigences liées au rôle de maman. Un régime équilibré, comprenant une grande quantité de fruits et de légumes, est très important, particulièrement si vous allaitez. Consommez également des glucides complexes, y compris du pain et des pâtes qui libèrent de l’énergie lentement, en évitant les en-cas sucrés qui ne font que générer des pics glycémiques.
  • Tenez-vous à l’écart de l’alcool : Vous pourriez penser que la prise d’un verre de vin dans la soirée vous aidera à vous détendre, mais le problème est qu’elle affectera plus tard la qualité de votre sommeil, et vous vous sentirez plus fatiguée le jour suivant.
  • Modérez votre consommation de caféine : Si, chaque jour, vous consommez six tasses ou plus de thé, de café, ou d’autres boissons ou aliments qui renferment de la caféine, votre sommeil risque d’en ressentir les effets.
  • Faites appel à votre entourage : Demandez aux membres de votre famille et à vos amis de cuisiner pour vous, de repasser des vêtements, de faire du baby-sitting ou de nettoyer la maison.
  • Ne cherchez pas à trop en faire : Ne soyez pas trop ambitieuse en ce qui concerne votre « agenda » quotidien : autrement, vous vous culpabiliserez d’avoir uniquement pu vous habiller et préparer un sandwich. Si vous ne pouvez pas aller au supermarché, commandez vos courses en ligne : c’est une manière de vous ménager.

Lorsque l’épuisement pourrait avoir une autre cause

Cependant, si votre épuisement persiste et devient vraiment handicapant, vous devez le signaler à votre médecin car il pourrait y avoir une cause médicale sous-jacente.

Causes médicales fréquentes d’épuisement :

  • Anémie (carrence en fer) : Si vous manquez de fer, votre corps ne fabriquera pas assez d’hémoglobine, engendrant une insuffisance de globules rouges destinés à transporter l’oxygène dans le corps. Vous vous sentirez fatiguée et vos muscles seront pesants et douloureux. Demandez à votre médecin d’effectuer une analyse de sang ; si nécessaire, il vous prescrira des compléments contenant du fer.
  • Problèmes de thyroïde : La fatigue peut être le symptôme d’une glande thyroïde hypoactive. Cela signifie que votre glande thyroïde ne produit pas suffisamment de thyroxine, hormone qui stimule la consommation d’oxygène et le métabolisme dans toutes les cellules et les tissus. Demandez à votre médecin d’effectuer un bilan sanguin pour doser vos hormones thyroïdiennes ; si nécessaire, votre médecin vous prescrira des comprimés de thyroxine.
  • Dépression/anxiété : Se sentir épuisée peut être un symptôme de dépression ou d’anxiété ; par conséquent, mentionnez ce que vous ressentez à votre médecin. Vous êtes susceptible d’avoir besoin d’un soutien psychologique, ou d’une thérapie comportementale et cognitive par le biais de la « parole », pour vous aider à gérer la situation.

Temoignage d’une maman

Je me suis sentie anéantie au cours des huit premières semaines après mon accouchement. Tout mon corps me faisait mal ; je m’emportais contre mon partenaire et j’avais une terrible envie de dormir. Le manque de sommeil m’affectait énormément. Je rêvais de pouvoir aller dans une chambre d’hôtel et rester dans le noir pendant huit heures pour dormir. J’ai fait face à cette situation en acceptant les offres d’aide de la part de membres de ma famille et d’amis, et en faisant des siestes. J’ai également été courir le samedi matin lorsque mon partenaire était à la maison.

Maman d’un bébé âgé de six mois