Ne vous inquiétez pas : il ne s’agit pas d’un test qui se solde par un succès ou un échec, alors, pas d’affolement ; il s’agit tout simplement d’un bilan de santé général pour savoir comment vous vous portez.

Il n’y a pas de moment défini où vous vous sentirez à nouveau dans un état « normal » : vous n’aurez pas forcément déjà la possibilité d’avoir des rapports sexuels, de vous exercer en salle de gym, ou de revêtir les vêtements que vous portiez avant votre grossesse.

Ce bilan de santé donne cependant l’occasion de poser des questions en cas de préoccupations : alors, ne restez pas silencieuse si vous avez un sujet dont vous souhaiteriez discuter. Qu’il s’agisse de la faiblesse de votre vessie, de vos efforts pour surmonter votre fatigue, de vos vergetures ou de vos rapports sexuels douloureux, rappelez-vous que votre état de santé est très important et que votre médecin est là pour vous aider.

À quoi s'attendre

Votre médecin s’entretiendra simplement avec vous pour savoir dans quelle mesure vous parvenez à prendre soin de votre bébé et comment vous vous sentez physiquement, et pour connaître l’état de récupération de votre corps depuis l’accouchement.

Un examen physique est parfois nécessaire, mais uniquement si vous signalez des problèmes ou des préoccupations.

La durée de votre entretien dépend de ce que vous avez à dire : si tout se passe bien, vous pourriez terminer rapidement. D’un autre côté, si vous êtes confrontée à une dépression postnatale ou à un problème physique lié à l’accouchement, votre visite médicale pourrait se prolonger.

Bilans de santé physique

L’objectif général de ces bilans de santé est de savoir si votre corps récupère de l’accouchement, s’il guérit comme prévu et s’il retrouve sa forme habituelle.

  • Votre urine est susceptible d’être testée pour vérifier vos fonctions rénales ou pour s’assurer que vous n’avez pas d’infection.
  • Votre tension artérielle sera mesurée.
  • Vous serez pesée ; vous recevrez également des conseils sur l’alimentation saine pour vous aider à perdre le poids que vous avez accumulé au cours de votre grossesse, si vous le demandez.
  • Votre médecin peut vous proposer de procéder à un examen vaginal qui lui permettra de voir si les points de suture éventuels se sont cicatrisés et si les muscles utilisés au cours du travail ont repris leur position correcte.
  • Un frottis vaginal risque également d’être nécessaire, si le moment est venu d’en faire un.
  • Votre médecin inspectera votre cicatrice, si vous avez subi une césarienne, ou vos points de suture, si vous avez subi une épisiotomie (incision du périnée pour élargir l’orifice du vagin au moment de l’accouchement).
  • On vous demandera si vous avez des pertes vaginales et si vous avez déjà eu vos premières règles (si vous allaitez exclusivement, vous n’en aurez pas encore eu).
  •  Si les tests effectués au cours de votre grossesse ont révélé que vous n’êtes pas immunisée contre la rougeole, on vous proposera de vous vacciner pour stimuler votre système immunitaire.

Il se peut aussi que l’on vous interroge sur d’éventuels problèmes d’incontinence urinaire ou fécale, qui sont assez fréquents après avoir enfanté. En cas de problèmes, ne soyez pas gênée d’en parler, car votre médecin peut vous orienter vers un kinésithérapeute, vous prescrire des médicaments ou vous recommander de consulter un spécialiste en chirurgie réparatrice. Le kinésithérapeute vous recevra en tête-à-tête et vous indiquera les exercices que vous devrez effectuer régulièrement pour renforcer les muscles de votre périnée.

Bien-être affectif

 Votre médecin pourra également chercher à savoir si vous vous sentez fatiguée, déprimée ou accablée par vos nouvelles responsabilités ; mais s’il n’aborde pas le sujet, n’hésitez pas à le soulever. C’est pour vous l’occasion de vous faire aider en cas de dépression.

  • Dépression postnatale : Si vous avez tendance à pleurer, à être anxieuse ou à être déprimée, c’est maintenant le moment de solliciter un appui (si ce n’est déjà fait). La dépression postnatale est courante, affectant une nouvelle maman sur 10, et il n’y a vraiment pas lieu d’avoir honte ; votre médecin peut estimer qu’un soutien psychologique ou que la prise d’antidépresseurs à court terme vous serait bénéfique. Parfois, le simple fait de parler à d’autres nouvelles mamans peut aider ; par conséquent, essayez de participer à un groupe social postnatal : votre médecin généraliste peut vous renseigner.

Sexe et contraception

  • Sexe : Il n’y a pas de bon ou mauvais moment pour reprendre des rapports sexuels ; alors, pas de souci si cela n’est pas encore arrivé. Mais si vous avez repris votre vie sexuelle, vos rapports sexuels ne devraient pas être douloureux ; par conséquent, s’ils le sont, profitez de cette occasion pour le mentionner à votre médecin généraliste. Il vous examinera pour vérifier que tout est normal.
  • Contraception : Votre médecin généraliste vous demandera quel contraceptif vous utilisez et il pourra vous le prescrire. N’oubliez pas que dès que vous ovulez de nouveau, vous pouvez retomber enceinte ; alors, ne vous laissez pas prendre au dépourvu ; par exemple, si vous allaitez partiellement, votre ovulation peut reprendre et vous pourriez concevoir.

Temoignage d’une maman

Après la naissance d’Oliver, j’ai eu un problème d’incontinence lié au stress mais j’étais trop gênée pour le mentionner à ma sage-femme ou au visiteur médical. Cependant, lorsque j’ai vu mon médecin généraliste à l’occasion du bilan de santé au bout de six semaines, j’en avais vraiment assez et je souhaitais désespérément obtenir de l’aide ; alors, j’ai pris mon courage à deux mains et je lui en ai parlé. Elle a été très aimable et m’a expliqué que j’étais loin d’être la seule. Elle m’a adressée à un kinésithérapeute qui m’a appris des exercices très utiles pour tonifier mon périnée.

Nicky Johnson, 29 ans, maman d’Oliver, âgé de neuf mois.