Vous risquez de ne pas pouvoir maîtriser tous les évènements qui vous arrivent, mais vous pouvez décider de ne pas vous laisser amoindrir par eux.

Maya Angelou

Que vous soyez un couple conventionnel ou non, avoir un enfant est une expérience qui change votre vie. Cette expérience d’amour et de joie, peut également être accablante et représente un défi constant ; pour les parents célibataires, les aspects positifs et les aspects négatifs sont multipliés par deux.

Personnellement, pour mon ex et moi, le mariage n’a jamais fait partie de nos intentions et nous ne vivions d’ailleurs pas ensemble. Lorsque je suis tombée enceinte, j’ai dû lui faire confiance lorsqu’il a déclaré qu’il serait un bon père. J’ai eu la chance qu’il ne revienne jamais sur sa parole et il a toujours apporté son soutien (financier et émotionnel). Lorsque notre fils est né, ma vie a complètement changé ; en toute honnêteté, je ne me rappelle pour ainsi dire rien, si ce n’est l’immense amour que je ressentais envers cet enfant. Comme la plupart des mères, j’ai tâtonné au cours des deux premières années, apprenant « en direct » ce qui signifie être un bon parent (ou essayer de l’être tout au moins). Pour ma deuxième grossesse, ma relation était plus conventionnelle, car je vivais avec mon nouveau partenaire. Mon expérience a-t-elle donc été très différente ? Franchement, non. Mon expérience n’a été ni plus facile, ni moins épuisante, ni moins accablante. Pour la plupart des mères, le rôle de parent est intense au cours des deux premières années. À moins d’avoir une nounou 24 heures sur 24, il en est ainsi. De nouveau, l’amour ressenti envers ce nouvel être humain peut vous transformer, et vous transforme en vérité, en une super héroïne. Il n’y a littéralement rien que je ne ferais pas pour assurer le meilleur pour mes enfants, et c’est d’ailleurs ce que ressentent la plupart des mères. Je sais que je ne suis pas le stéréotype de la mère célibataire, mais qui pourrait revendiquer ce titre ?

 

Tara, 32 - Mère d'un

Tara, 32 - Mère d'un

Tara, 32 - Mère d'un

Tara, 32 - Mère d'un

1 of close

Tara, 32 - Mère d'un

prev    
 

Gail, autre mère célibataire non conventionnelle (au début de la quarantaine), écrit :

Il y a tellement de manières de devenir mère à l’heure actuelle. Je savais que je ne voulais pas entretenir une mauvaise relation amoureuse uniquement pour avoir un enfant ; et j’ai été extrêmement surprise lorsque l’un de mes meilleurs amis homosexuels m’a fait savoir qu’il voulait aussi être parent. Nous avons maintenant, deux ans plus tard, un merveilleux fils que nous adorons. Nous ne vivons pas ensemble mais il le voit tous les deux jours. Il m’apporte un soutien dans ma vie et dans mon travail, est heureux de faire du baby-sitting, adore cuisiner et faire du ménage, et m’achète même des chaussures... ! Je ne pense pas que les époux de mes amies soient nombreux à en faire autant !

De nos jours, les familles revêtent diverses formes et tailles ; grandes, petites, mixtes.

Les raisons d’être seule pour élever un enfant sont multiples : séparation, décès,... Pourtant, les conventions sociales conservatrices cherchent souvent à stigmatiser les mères célibataires, comme si ce statut en lui-même ne permettait pas de fournir un environnement stable et nourricier à nos enfants. L’écrivain Kate Roiphe souligne : « Il est utile de se rappeler qu’aucune structure familiale n’est une garantie de bonheur ou de détresse ; faisons donc preuve d’humilité. » Ce qui désavantage les enfants est malheureusement la pauvreté abjecte et les environnements émotionnellement instables ; plus que jamais, la situation financière est d’une importance capitale, et trop nombreuses sont les mères célibataires qui se trouvent piégées dans un cycle de pauvreté.

Il est indéniable qu’une relation irrémédiablement rompue est source de déception, de douleur et de chagrin ; d’autant plus lorsque l’on prévoyait et espérait partager l’avenir avec celui qui est désormais devenu un ex. La souffrance est réelle et vous aurez besoin de temps pour récupérer émotionnellement. Si votre ex prévoit de partager des responsabilités, il faudra aussi continuellement négocier pour vous entendre sur la contribution à l’entretien de l’enfant et les droits de visite.

Ces négociations peuvent sembler être des obstacles insurmontables mais, avec le temps, ces obstacles seront surmontés.

Nessa, mère de trois enfants, écrit :

C’est difficile de se réjouir à l’idée d’un divorce, mais ce que je peux dire, c’est que mes amies sont maintenant ma bouée de sauvetage. Au cours des 18 derniers mois, j’ai beaucoup ri et pleuré, bien plus qu’au cours des cinq dernières années de mon mariage. Je sens que je suis en vie : redevenir célibataire est une véritable aventure !

Ayez confiance en vous, prenez en compte vos émotions et n’hésitez jamais à solliciter de l’aide. Si des membres de votre famille sont à proximité, contactez-les. Si des amies sont prêtes à vous écouter, parlez. Inscrivez-vous à des groupes de soutien locaux et renseignez-vous sur les avantages sociaux auxquels vous avez droit. La maternité peut être un facteur d’isolement, même pour les mères qui entretiennent des relations de couple ; alors, essayez de sortir. Demandez si votre club de sports local ou votre bibliothèque de quartier offre un service de garde d’enfants. Tenez-vous au courant des activités qui se déroulent dans votre communauté. Veillez à vous consacrer du temps. Cela peut être difficile au cours des premiers jours ; de nouveau, cela est difficile pour la plupart des mères ; alors, profitez-en pour nouer des liens avec votre bébé avant de retourner travailler. Comprenez que vous êtes pour votre enfant la personne la plus importante au monde : vous devez donc prendre soin de vous et vous traiter convenablement. N’oubliez pas que c’est le début d’une nouvelle vie, un nouveau chapitre, et non pas une fin.

Rappelez-vous

  • Une relation n’est pas indicative du type (bon/mauvais) de parent que vous êtes.
  • Une relation n’est pas une panacée aux problèmes ni une garantie de bonheur ou de vie idyllique.
  • Une relation abusive n’est bénéfique ni pour vous ni pour votre ou vos enfants.

Et peu importe si vous êtes une mère célibataire ? Vous n’êtes certainement pas la seule (1).

Vous pouvez être un parent célibataire heureux.

Vous pouvez être un parent célibataire et avoir des relations intimes et sociales avec d’autres.

Vous pouvez être un parent célibataire et redevenir amoureuse.


Référence

1 - (En 2011, 35,7 % des naissances ont été engendrées par des femmes non mariées âgées de 15 à 50 ans.)